Désormais à la retraite, l’ancien directeur de Genopole, acteur important du Plan France Médecine Génomique 2025, continue à œuvrer pour la révolution génomique de notre santé. Rencontre avec un acteur majeur, inconnu du grand public, de la médecine de demain.

Pour son départ à la retraite, une bannière de plus de 6 mètres a recueilli les messages de remerciement de ses collègues et collaborateurs du Genopole.

Dans son bureau, Pierre Tambourin pose devant la bannière de plus de 6 mètres ayant recueilli les messages de remerciement de ses collègues et collaborateurs de Genopole pour son départ à la retraite.

Pierre Tambourin, un homme au service de la médecine de demain

Sur le profil Wikipédia de Pierre Tambourin, je découvre un nombre impressionnant de distinctions, décorations et prix dont la dernière en 2016 de Commandeur de la Légion d’honneur.

Je suis donc ravie qu’il ait accepté une interview pour partager avec nous, les néophytes, les progrès liés à la génétique médicale. J’arrive impressionnée de pouvoir interviewer cette personnalité ayant contribué à la révolution de la médecine génétique.

Pierre Tambourin n’évoquera pas son parcours professionnel, à l’institut Curie, l’Inserm, le CNRS ni même son implication dans la création de Genopole à Évry.

Ce biologiste généticien et cancérologue a voué sa vie à la recherche médicale. L’homme s’efface avec humilité pour mettre en avant la médecine génétique, l’œuvre de sa vie, dont une de ses contributions majeures via le plan France Médecine génomique 2025 va révolutionner les soins médicaux.

Ce spécialiste sait vulgariser des données scientifiques complexes pour les rendre compréhensibles auprès de tous les publics. Il a su notamment atteindre les politiques et réussir à débloquer les fonds nécessaires au plan France Médecine génomique 2025, véritable révolution médicale génétique à venir dans notre pays.

Tout empreint de cette passion, Pierre Tambourin aborde de suite avec moi l’apport de la génétique à la médecine de demain, à commencer notamment par la médecine personnalisée.

La médecine personnalisée

Il s’agit de donner au médecin la capacité de séquencer le génome du malade pour décider du bon traitement, ou plus exactement du meilleur traitement. Les bénéfices majeurs sont déjà connus en cancérologie.

La même dose de traitement peut tuer un malade du cancer mais être très efficace pour un autre malade du cancer : en cause, un gène dont la fonction est de détruire la molécule thérapeutique, de la désintoxication présent très actif chez l’un et pas chez l’autre. La chimiothérapie contient des produits toxiques, toxiques contre la tumeur cancéreuse mais potentiellement aussi contre les cellules saines de l’organisme. Cette cyto toxicité doit être contrôlée et donc la dose de médicament adaptée aux gènes du patient.

Les tumeurs résultent d’anomalies génétiques dans les cellules cancéreuses. Les mutations d’une tumeur A seront différentes des mutations de la tumeur B. Il faut donc définir le traitement adapté à ces mutations. Par exemple, en inhibant les récepteurs de facteurs croissance activés dans nombre de tumeurs, on va pouvoir détruire ces tumeurs.

Une nouvelle ère médicale s’ouvre avec la thérapeutique ciblée. Des traitements spécifiques adaptés sont disponibles pour 20 à 30 gènes impliqués dans des cancers. En expérimentant ces traitements sur des cancers du sein, les tumeurs ont régressé. Sur certains cancers, on peut parler de guérison de la tumeur pendant au moins 20 ans.

Ayant été confrontée au cancer de mon père, je fais répéter à Pierre Tambourin ce mot magique : guérison. Tout malade du cancer sait qu’il est en rémission, et que le cancer peut se réactiver à plus ou moins court, moyen ou long terme. Alors, grâce à la médecine personnalisée, pouvoir évoquer la guérison au lieue de la rémission relève d’un immense soulagement, et d’un avenir à pouvoir envisager de manière plus sereine. Le malade du cancer redevient une personne en bonne santé. Ces mots sonnent comme l’annonce d’un miracle à mon oreille.

L’immunothérapie ou l’éducation du système immunitaire

Toujours dans cet exercice de simplification de notions médicales complexes, Pierre Tambourin m’explique que des gènes mutés « anormaux » provoquent le développement de cellules tumorales qui devraient être considérées comme étrangères et donc éliminées par le système immunitaire du malade. Deux hypothèses sont possibles : 1)ou bien la tumeur inhibe les cellules saines immunitaires, comme des verrous ou, 2)ou bien l’organisme n’a plus de quoi reproduire de « bonnes » cellules.

La technique consiste à prendre les cellules immunitaires normales pour les transformer. Elles vont reconnaître les cellules cancéreuses. Et le mot magique de guérison est de nouveau évoqué. La chirurgie peut s’avérer peu efficace, mais associée à une chimiothérapie/immunothérapie, on assiste à des rémissions exceptionnelles. Exceptionnelles, ce sont bien les mots de Pierre Tambourin, expert en matière de cancer.

Médecine et génétique

Pierre Tambourin et Véronique Le Boulc’h, responsable de la communication

Pierre Tambourin et Véronique Le Boulc’h, chargée de communication scientifique

Dans le cas des maladies génétiques rares, dont le nombre, 8000, est un défi insurmontable pour tout médecin, l’apport de la génétique facilitera le diagnostic et ceci diminuera le cas d’errance médicale. L’analyse du génome complet coûte aujourd’hui encore 3 000 dollars. Grâce au plan France Médecine Génomique 2025, l’Etat a investi dans des séquenceurs de nouvelle génération permettant d’obtenir un coût de ce même test pour 1000 euros et moins !

Là où on ne procédait pas à un test génétique pour une simple suspicion, on n’hésitera plus à le faire en 2025.

Et je me prends à imaginer ce nouveau parcours médical, où en même temps que la prise de sang serait prescrit le test génétique.

Il faut imaginer des parcours médicaux adaptés. De nouveaux métiers vont éclore, dont celui de Conseiller en génétique. De niveau Licence, formés en sciences et en génétique, ces conseillers accompagneront les patients dans les tests génétiques, et plus important que tout, leur bonne compréhension et interprétation. L’éducation en génétique des patients reste à faire.

Anticiper les maladies… pour les faire disparaître

Dans le cas des maladies génétiques héréditaires très graves et sans traitement, détecter les gènes présents chez les parents peut permettre d’éviter la naissance d’enfants atteints de la même maladie.

Une des premières applications concerne la perte d’un embryon. En effectuant un test génétique, on pourra probablement déterminer si des gènes défectueux sont en cause. Pierre Tambourin cite notamment le cas de la maladie de Huntington, systématiquement transmise aux enfants. Les questions éthiques liées aux informations apportées par la génétique se
posent cependant. Que faire si la maladie se déclenche à 50 ans ? Les enfants sont nés, ont peut-être eux-mêmes déjà eu des enfants.

Aux Etats-Unis, dans la crainte des procès, toutes les informations sont données aux patients. Pour les français, ce sujet est l’objet de nombreuses interrogations auxquelles j’ai pu assister lors de la conférence Dire ou ne pas dire.

Dans cette magnifique plaquette, vous apprendrez l'essentiel sur Genopole, ses métiers, ses perspectives et opportunités pour les entrepreneurs. Vous découvrirez aussi comment extraire facilement votre ADN, une activité destinée aux grands et petits enfants.

Dans cette magnifique plaquette, vous apprendrez l’essentiel sur Genopole, ses métiers, ses perspectives et opportunités pour les entrepreneurs. Vous découvrirez aussi comment extraire facilement votre ADN, une activité destinée aux grands et petits enfants.

Faute de temps, nous ne développerons pas le sujet. Il y a tant à dire, tant à découvrir, pour notre quotidien médical de demain, si proche.

Je ressors de cette interview tout à la fois exaltée devant les avancées médicales génétiques et interloquée par notre ignorance, nous le grand public. A travers mon blog, je vise à informer autant que possible sur le sujet, mais je réalise que cela ne saurait suffire. Grâce à Pierre Tambourin, j’ai réalisé la nécessité de créer une association permettant de faire circuler les informations entre les scientifiques, la société civile et politique compte tenu des enjeux majeurs du décryptage du génome dans notre vie quotidienne.

Mais cela fera l’objet d’un autre article.

Tous mes remerciements à Véronique Le Boulc’h pour avoir organisé cette si belle rencontre